Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Disposer d’un bon compost, vous assurera des récoltes abondantes et de très bonne qualité nutritive.

Lorsqu'on a un jardin, ne pas faire son compost c’est se priver de cette merveille de la nature qui transforme (sans beaucoup d’efforts) tous nos déchets organiques (paille, fumier, retailles de haies, résidus de récolte, sciure, ordure ménagères organiques…) en un humus qui nourrira la terre, évitera son épuisement et la nécessité (désastreuse) d’ajouter des engrais chimiques qui via votre nourriture entraînera de nombreuses maladies et malaises.

 

 compost.jpg

Voici quelques indications pour faciliter le résultat :

1) Choisissez un endroit de votre jardin abrité des vents froids.

2) Achetez (en jardinerie), ou fournissez-vous chez votre voisin fermier, du fumier (mélange de paille et de déjections animales), prenez du fumier assez pailleux et si vous le pouvez broyez-le à l’aide d’un épandeur à fumier. Note : Il est important de ne pas épandre le fumier directement sur les terres car il provoquerait des parasitismes donc vous auriez bien du mal à vous défaire.

On oublie donc également le crottin de cheval que certains répandent directement au pied des plantes. persuadés qu'ils sont que cela va être bénéfique à leurs cultures. Et on prend le crottin en question que l'on le met sur son tas de compost. Il va ainsi se dégrader, de "déparasiter" et contribuer à l'enrichissement de votre compost.

3) A l’endroit que vous avez choisi pour d'installer votre compost, installez un tas du fumier broyé (si vous avez pu le broyer, sinon tel quel) de 2 mètres de large et de 1,50 mètres de hauteur.

Pour la longueur de votre compost, c’est à vous de la déterminer, cela dépendra de la place dont vous disposez.

4) Recouvrez le tas de fumier avec :

Soit 20cm de paille,

Soit environ 3cm de terre,

Soit de la sciure de bois blanc.

Puis recouvrez l'ensemble, pour éviter qu’il ne soit lessivé par la pluie. Mais attention la bâche plastique n’est pas la meilleure solution, sauf pour démarrer la fermentation chaude qui ne doit pas excéder 65°C.

A présent, vous pourrez compléter votre tas de compost avec vos ordures ménagères (Tout ce qui est organique, pas de verre ni de plastique, ni de produits pharmaceutiques ou d’entretien…), les tontes de votre pelouse (à condition qu’elle ne soit pas gorgées d’engrais et autre pesticides), les feuilles d’automne, etc.

Votre tas de compost doit être à la fois humide, mais pas lessivé, chaud, mais pas trop… Difficile pensez-vous. Ne vous inquiétez pas, vous prendrez vite le coup de main.

Pour équilibrer votre compost, vous devrez utiliser un aérateur pour compost. vous en trouverez en jardinerie ou ici. Il s’agit un long manche au bout duquel de petites tiges articulées vont vous permettre de plonger l’outil au cœur du compost et remonter ce qui était en bas vers la surface. Très facile à utiliser, il peut s’avérer utile pour éviter que le bas de votre compost ne devienne « beurre noir », alors même que la surface est totalement inactive.

Pour activer votre compost, il est toujours bon d’ajouter des Orties (dépourvues de graines) et de la Consoude, directement ou sous forme de purin. Un bon compost lors de sa transformation doit être bien oxygéné, ne pas se compacter et terminer en étant léger, riche avec une odeur agréable d’humus (odeur de terreau).

Vous pouvez, bien entendu, également valoriser vos résidus de toilettes sèches (selles + sciure) en les ajoutant à votre tas de compost.

La première année, n’hésitez pas à « nourrir » votre terre de jardin, en épandant 4 kg de compost au m2 avant chaque culture (au printemps). Vous procéderez ainsi 3 ou 4 ans de suite, puis vous pourrez vous contenter d’épandre 1 Kg par m2, pour entretenir l’humus de votre sol.

Cet humus est instable mais vivant, il rend votre sol aéré et augmente le pouvoir de rétention de l’eau. C’est également un excellent thermorégulateur et combiné avec de l’argile, il permet de fixer les éléments fertilisants et de régulariser le PH de votre sol de cultures.

Note: pour encadrer son compost, on peut utiliser des planches brutes ou récupérer des palettes en bois, souvent gratuitement, auprès de transporteurs ou de supermarchés. On peut également acheter un composteur en plastique qui a l'avantage d'être plus esthétique (préférable si on a un petit jardin bien visible depuis la maison), et qui possède une trappe pour récupérer le compost mûr, au fur et à mesure.

 

Retrouvez tous mes livres:

ICI

 

Suivez moi sur :

http://ambre.kalene.over-blog.com/

https://www.facebook.com/eprth

@EPRTH_Europe 

https://www.youtube.com/channel/UCE_M1vtgADtvEWySLyzWENQ

https://www.linkedin.com/company/11030424

 

Retrouvez toutes les informations pratiques sur l’EPRTH™ :

www.eprth.com

Tag(s) : #Jardinage écologique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :